EN NL
 

Le rayonnement du charisme des SCJM face au Covid-19 (Suite)

30/05/2020

Afrique du Sud (Province St-Vincent de Paul)

C’était comme un rêve : on entendait parler d’un virus qui provoque une grave maladie respiratoire en Chine, dans la ville de Wuhan, et qui a tué beaucoup de gens, dont un médecin. Le sentiment de peur et de compassion pour le peuple Chinois nous habitait, sans qu’on s’imagine que le fameux virus allait traverser les frontières, sans visa, pour atteindre les autres continents. Quelques mois plus tard, les nouvelles arrivent à nos oreilles : le virus a déjà atterri dans quelques pays d’Afrique, y compris en Afrique du Sud, notre pays de mission.

Nous sommes entrées dans le confinement et, pendant ce temps de confinement, on est dans la maison. Nous avons eu l’occasion de prier beaucoup pour le monde, de faire des prières d’adoration à tour de rôle, tout au long du jour, à offrir le monde entier au Seigneur, et plus spécialement les personnes atteintes de Coronavirus, le personnel soignant, les héros qui ont risqué leur vie pour sauver celle des autres. Ce temps de confinement nous interpelle et nous invite à tourner toujours notre regard vers le Très-Haut, Maitre Tout-Puissant de la vie, à penser aux plus pauvres qui n’ont rien à manger chez eux.

A West Rand, dans la maison des filles enceintes, les Sœurs accompagnaient les filles en travail à la maternité. Nous avons même vu naître un bébé pendant ce temps de confinement.

East Rand Brakpan est l’une de nos maisons pour femmes âgées, malades et abandonnées. Durant le confinement, tous les travailleurs sont restés confinés dans leur famille. Tandis que les Sœurs qui travaillent dans cette œuvre sont restées dans le Centre, au service des femmes âgées malades et abandonnées par leur famille. Les Sœurs assurent tous les services : cuisine, nettoyage, soins quotidiens aux femmes et conduite à l’hôpital de celles qui sont malades. Durant ce temps de confinement, nous avons même perdu une de nos résidentes trouvée morte dans son lit le matin. Malgré le travail et la fatigue, la dimension de la prière n’a pas été abandonée.

Le Seigneur a ouvert sa Main Généreuse en nous envoyant les personnes qui nous font des dons afin d’aider les pauvres. Nous avons reçu des denrées alimentaires et nous sommes allées dans les rues et aux environs des magasins pour les distribuer aux pauvres. Ou encore, nous appelions certaines familles pauvres pour qu’elles viennent prendre quelque chose à manger. Nous l’avons fait avec prudence pour éviter la contamination.

Des miracles se produisent aussi : au début du confinement, une firme de traiteurs qui prépare les repas pour les compagnies aériennes a envoyé deux grands camions frigorifiques pour délivrer des denrées alimentaires préparées et non préparées. Cela nous a aidées à nourrir les gens. Une autre fois, un gros camion plein de pampers est arrivé dans notre Centre pour délivrer à peu près 5.526 langes pour nos résidentes. Sans compter les autres personnes qui viennent chaque jour déposer quelque chose pour les pauvres. Enfin, le Seigneur nous a bénies d’une façon spéciale pendant ce temps de confinement.

Nous faisons l’expérience de la présence de Dieu en ce temps de crise dans le monde et particulièrement à côté de nous où le cri des pauvres se fait entendre à nos oreilles. Dieu est là pour nous consoler et nous donner de l’espoir. Nous ne cessons de Lui dire merci pour les miracles de chaque jour.

Sœur Marie-Josée Ntumba


La Région du Mali

Le 16/05/20, le Ministre de la santé nous communique un total de 835 cas de Covid-19 confirmés, 48 décès, 479 guérisons, et 1838 personnes atteintes. Nous, SCJM de la Région du Mali, nous nous tenons aux mesures d’hygiène et de distance : lavage des mains, masques, conseils de confinement, couvre-feu…

Et comment vivons-nous cette ambiance ‘corona’ ? Les écoles sont fermées, mais bien sûr, le Centre de santé continue son travail. Les enfants parlent de ‘grève continue’ : depuis bientôt 2 ans, les écoles publiques sont en grève suite aux doléances des enseignants.

A la radio, on parle de ‘corona’ et on se tait à propos de la guerre… Pourtant, plus que jamais, les attaques continuent avec beaucoup de victimes civiles… La fête (macabre) continue : victimes Covid-19, victimes du banditisme et du terrorisme. Et déjà on parle de ‘bientôt’ : victimes post-corona c.à.d. victimes de la famine, victimes économiques, victimes scolaires.

Jamais nous n’avons vécu un tel temps de Carême… Moins encore un temps de la Passion et de Pâques sans fidèles, sans baptêmes… En union avec la Congrégation toute entière les Sœurs de notre Région ont fait une retraite pendant la Semaine Sainte. La plupart des Sœurs n’avaient jamais vécu une retraite sans prédicateur. A leur grande surprise, elles ont découvert la richesse d’une Lectio divina partagée chaque jour. Le fil conducteur pour chaque jour était : Jésus de Nazareth. Ainsi, ensemble nous avons partagé la Passion du Christ, qui est plus que jamais, maintenant aussi, la Passion de notre monde : suivre Jésus dans sa souffrance, c’est aussi porter dans la prière tous nos frères et sœurs en souffrance. Traverser la Passion avec Lui, c’est savoir que la Vie est au bout car Jésus est Vivant … C’est une expérience de foi qui nous a marquées. Quelle grâce de prendre encore plus conscience que nous sommes SCJM, Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie… (le C de charité m’a poussée à ajouter : Compagnes de Jésus, le Vivant, le Ressuscité).

Oui, ce temps fort est inoubliable pour chacune de nous. Nous continuons à prier pour les malades…

Sœur Marguerite Tubale

Dernières nouvelles

Profession perpétuelle en R.D. Congo

Quelques partages sur la célébration de la semaine "Laudato Sí"


Veuillez inscrire votre adresse e-mail pour être tenu au courant de nos activités :